Archives du jour : samedi 28 février 2015


1914-1918 : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels »

« Maudite soit la guerre »

 « Dans les villages, on parle déjà d’élever des monuments de gloire, d’apothéose aux victimes de la grande tuerie, à ceux, disent les patriotards qui « ont fait volontairement le sacrifice de leur vie », comme si les malheureux avaient pu choisir, faire différemment.

Je ne donnerai mon obole que si ces monuments symbolisaient une véhémente protestation contre la guerre, l’esprit de la guerre et non pour exalter, glorifier une telle mort afin d’inciter les générations futures à suivre l’exemple de ces martyrs malgré eux. »  Louis Barthas, en février 1919


Soldats fusillés pour l’exemple: les familles attendent des excuses.

Réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 14-18.

Durant la Première Guerre mondiale, outre les exécutions sommaires, des tribunaux militaires ont condamné à mort des soldats belges accusés de « lâcheté », de « désertion », de « refus de sortir des tranchées » sous les feux des mitrailleuses ou d’avoir eu le malheur d’être choisis au hasard pour faire un exemple! Individuellement, les parents de ces suppliciés ont essayé, essaient encore  d’obtenir que la dignité soit rendue à ces soldats victimes des sévices militaires durant la guerre 14/18. Pour notre part, nous nous devons d’exiger de l’État une réparation collective.

Poursuivre la lecture


Jaurès et la laïcité

Laïcité […] Nous n’avons pas voulu mettre la guerre dans les villages, mais, au contraire, la paix ; et le vrai moyen d’avoir la paix c’est de mettre chacun à sa place, chaque chose à sa place : le maire dans la mairie, avec pouvoir administratif ; le curé dans l’église, avec la religion ; […]